Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  

Code HTML : <center><a href="http://www.salondublogculinaire.com/" target="_blank"><img class="aligncenter wp-image-1668" alt="Salon du bloc culinaire 7 - J'y serai" src="http://www.salondublogculinaire.com/wp-content/uploads/2014/05/GIF-J_Y_serai-120.gif" width="120" height="120" /></center>

Publié par Philou

 

Voici un article que j'ai relevé dans Test-Achat concernant les sandwiches au filet américain. Il s'intitule :

Sandwiches au filet américain préparé : 100 pour cent pur bluff

- " Les sandwiches à l'américain sont peut-être bons, mais ils sont surtout très salés et gras. Parfois ils contiennent même des sulfites. Et il n'est pas rare qu'à la place de bœuf, ce soit du porc que vous mangiez. C'était le cas pour pas moins de 42% des sandwiches que nous avons achetés !

Le filet américain, une bien étrange appellation pour un mets qui fait frémir outre-Atlantique ! Le Belge par contre, raffole de la viande de bœuf crue. Le sandwich à l'américain est d'ailleurs un classique dans tout snack qui se respecte. En 1999, nous constations cependant qu'il n'était pas toujours préparé selon les règles de l'art. On y ajoute souvent de la viande de porc bon marché et une bonne dose de mayonnaise. Il contient parfois trop de sulfites, qui sont interdits. Et la qualité microbiologique n'est pas toujours des plus irréprochables. Pour un aliment périssable consommé cru, c'est pourtant un minimum.

De quoi est censé être fait le filet américain ?

D'après la loi, le filet américain doit se composer uniquement de viande de bœuf maigre. Contrairement au haché, qui peut être fait aussi bien à partir de bœuf que de veau ou de porc par ex.
Il y a différentes appellations autorisées pour désigner la viande hachée maigre : steak haché, beefsteak haché ou filet américain. Si la viande est mélangée avec des épices ou de la sauce par ex, il faut y accoler le terme « préparé. La plupart  des sandwicheries emploient les mot(s) (filet) américain ou (américain préparé. Certaines optent pour un nom plus inventif, comme « USA maison » ou « spread du chef ». Mais ce n'est pas règlementaire : ces dénominations n'étant pas protégées, elles permettent de contourner la loi.

Qu'en est-il de l'hygiène dans le magasin ?

Ce n'est pas parce qu'une enseigne à l'air irréprochable que ce qu'elle vend l'est forcément. L'hygiène n'en constitue pas moins un élément essentiel. Tous les commerces visités, conservaient l'américain au frais. Côté apparence, la plupart étaient satisfaisante. "

Test achat a donc effectué un contrôle sur 50 points de vente répartis sur l'ensemble du territoire belge.

Comme d'habitude Test-achat nous livre nom et adresse des établissements visités. Je ne vais pas les citer sur ce blog car ce n'est pas sa vocation mais peut-être tirer quelques sonnettes d'alarme.

Côté apparence sur les 50 établissements, la plupart était satisfaisante. Toutefois, les trois magasins qui vendent des sandwiches préemballés sont sanctionnés car leur température directement après l'achat s'élevait à 7°C ce qui augmente le risque de développement de germes pathogènes.

A l'inverse 3 (seulement 3) se distinguent par une hygiène irréprochable de leur service : les vendeurs soit portaient des gants, soit se lavaient les mains avant de préparer les sandwiches

Appétissant mais pas toujours équilibré.

Trois quarts des sandwiches semblaient préparés avec (beaucoup de) soins et mettaient plutôt l'eau à la bouche : pain et viande frais (du moins en apparences), garniture de légumes variés en suffisance.

Par contre d'autres manquaient de croquant ou étaient préparés avec de la viande à l'aspect séché ou des feuilles de salade flétries ou des légumes en conserve.

Environ la moitié contiennent trop peu de viande

Les ingrédients : souvent difficiles à digérer

L'américain préparé est généralement une charcuterie grasse généreusement agrémentée de mayonnaise. Les sandwiches contenaient en moyenne 20% de matière grasses et dans la moitiés des cas, davantage ; certains vendeurs n'hésitant pas à tartiner encore le pain de mayonnaise. Un des établissement a même proposé un sandwich ou la teneur en graisse  était de 45 % !

Par contre un autre (un seul) approche la teneur en graisse du filet américain pur (soit +/- 5 %)

En ce qui concerne  la qualité de la viande, à peine 29 des 50 commerces servent du filet américain composé uniquement de viande de bœuf. Quatre enseignes ajoutent +/- 10 % de viande de porc, les autres, encore plus. Dans 13 cas, elle constitue même l'ingrédient principal ! Le porc n'a pourtant rien à voir dans le filet américain ! Il est intéressant de noter que la viande de porc crue présente plus de risques en matière de parasites que la viande de bœuf crue.

Autre constat : les sandwiches sont souvent trop salés. Leur teneur moyenne est de 1,1 % ce qui représente 3,1 gr de sel par sandwich. Même si l'on considère cette moyenne comme la norme, elle engloutit déjà la moitié de la quantité quotidienne recommandée. Or, 22 sandwiches se situent encore au-delà. Un sandwich a même été mesuré  à 4,85 gr.

Du sulfite pour être beau plus longtemps : exclu !

Ajouter du sulfite à la viande pour lui donner une belle couleur rouge est interdit. Surtout qu'il peut aussi masquer l'odeur d'une viande qui ne serait plus toute fraiche. Deux des établissements en avaient ajouté.

Ne laissez aucune chance aux germes éventuels.

La viande hachée est une matrice très propice à la contamination bactériologique. L'hygiène dans la préparation et la conservation de l'américain a donc une importance capitale, a fortiori parce qu'il se mange cru. Les sandwiches garnis doivent répondre aux normes microbiologiques établies par une nouvelle réglementation européenne valables pour tous les aliments. Test achat est donc parti à la recherche de germes pathogènes. Aucun sandwiche analysé ne présentaient de danger pour la santé. Néanmoins, 1 sur 5 était contaminé au Listeria monocytogène, mais dans de très faibles proportions. Prudence donc, car une conservation trop longue et inappropriée pourrait favoriser la prolifération et provoque une listériose, dont les conséquences peuvent être fatales. Une très petite dose de E. Coli dans un sandwich a également été détectée. Présente en grande quantité, cette bactérie peut provoquer des lésions rénales irréversibles chez les enfants. Et même s'avérer mortelle chez les adultes. Aucune trace de salmonelle ou de staphylocoque doré n'a été relevée.

Malgré cela il n'y a pas de raison d'y renoncer si on suit quelques règles :

  • Ne mangez pas trop souvent de sandwich au filet américain vu sa teneur importante en sel et en graisses.
  • Ne faites par tartiner le pain de beurre ou de mayonnaise, la préparation contient déjà plus qu'assez de cette dernière.
  • Optez pour une baguette grise et ne lésinez pas sur les crudités
  • Acheter de préférence votre sandwich dans un commerce où il y a beaucoup de roulement ou là où vous êtes sur que la viande est fraîche et que la préparation date du matin même
  • La viande n'est pas conservée dans un endroit hygiénique ou suffisamment réfrigéré, choisissez une autre garniture.
  • Par mesure de sécurité, n'achetez pas de sandwich à l'américain
    préemballé, faites- le préparer devant vous. Vous réduisez ainsi les chances que se développent des organismes pathogènes
  • De même, mieux vaut le manger directement après l'achat.
  • Le filet américain est clairement déconseillé aux personnes à risque : bébés, femmes enceintes et personnes âgées. Elles sont particulièrement sensibles aux germes nocifs.

Source : Test-achat 07-08/08


Commenter cet article

Philou 07/07/2008 22:07


Les sandwiches américains préparés, ça me fait un peu penser à la phrase fétiche de Jean-Pierre Coffe : C'est d'la m... !

mark 05/07/2008 16:49


J'ai également lu l'article. Ahurissant, mais celà ne m'étonne pas dans ce monde où tout n'est que profit et/ou le commerçant ne vend pas si le prix n'est pas suffisamment bas. Les clients ne sont pas toujours prêts à payer le maximum pour une qualité 100%. En tout cas, celà me donne bien envie de réaliser mon sandwich moi-même à l'avenir.