Code HTML : <center><a href="http://www.salondublogculinaire.com/" target="_blank"><img class="aligncenter wp-image-1668" alt="Salon du bloc culinaire 7 - J'y serai" src="http://www.salondublogculinaire.com/wp-content/uploads/2014/05/GIF-J_Y_serai-120.gif" width="120" height="120" /></center>

Publié par Philou

 

Tous ceux qui sont passé par Liège en août ou en septembre ne peuvent passer à côté des deux grandes fêtes de notre ville, à savoir : les festivités du 15 août en Outremeuse (du 13 au 16 août) et les fêtes de Wallonie (le 3ème week-end de septembre).

J'espère avoir l'occasion de vous présenter ces deux grandes fêtes en temps voulu.

Je vous parle de ces deux grandes fêtes car à l'occasion, la boisson mise à l'honneur est un autre fleuron de notre terroir : le Pèket.

Si lors de ces deux fêtes le pèket coule à flots, il faut cependant connaître les bonnes adresses pour dégusté du VRAI pèket. En effet, le côté mercantile de ces fêtes est bien présent et on vend très souvent des pèkets coupés (dilués !) ou des pèkets aromatisés à tout et n'importe quoi. Un pèket aromatisé veut qu'il y ait macération. A cette occasion, la tentation est forte et nombreux mélange un pseudo-pèket avec un sirop (lui-même aromatisé) et vous le vendent au prix fort !

Pour rappel, le pèket est en fait un extrait du genièvre, alcool de grain créé au 16ème siècle par un savant hollandais qui avait voulu inventer un nouveau médicament...
Pour l'obtenir, on laisse macérer des baies de genévrier dans un alcool de grain composé de seigle de froment, d'orge, et de malt. Il est souvent présenté dans des cruchons en grès.

Chez nous, sa consommation s'entourait souvent de rites : la première rasade servait à rincer le verre... Certains versaient le fond du verre dans le creux de la main puis sen frictionnaient la tête. C'était paraît-il, bon pour la chevelure.
Refuser de boire le verre de pèket offert dans une tournée pouvait être considéré comme une injure,...

Le pèket est également à la base du « cassis » ou « neur peket », véritable étendard des Macrâles di Haccou dont je vous ai déjà parlé dans un autre billet (cliquez ici).

Extrait du livre - Gastronomie Wallonne d'hier et d'aujourd'hui !- Jean Delahaut raconte
-            « A chaque visiteur qui se présentait chez nous, mon grand-père offrait le « cassis ». C'était un produit « maison » qu'on fabriquait chaque année. En juin, on récoltait d'abord les groseilles noires (appelées aussi « noires de Bourgogne ». On les égrappait, on les lavait puis on les introduisait dans des bouteilles ; on y ajoutait un clou de girofle, un bâton de cannelle et  quelques feuilles de groseillier bien vertes. Un e bonne livre de sucre cristallisé, du pèket pour remplir la bouteille et l'affaire était faite. Il n'y avait plus qu'à attendre six ou huit mois en laissant les flacons reposer à la cave. On servait dans des petits verres en tenant le pouce sur le goulot pour que les groseilles ne tombent pas dans le verre ...

J'ai encore le souvenir d'une année où mon grand-père m'avait demandé d'aller vider les groseilles du fond des bouteilles sur le fumier... Une heure après, un spectacle étonnant nous attendait dans la cour. Les poules avaient une drôle d'allure : elles titubaient et tombaient d'un côté puis de l'autre... On appela les voisins. Tes pouyes ont l'chique, Lucien ! (Tes poules ont la cuite), dit en riant Désiré, le garde-champêtre. C'était vrai : elles avaient joyeusement picoré les groseilles. Dans son carnet journalier, Parrain nota que, le lendemain, le coq chanta beaucoup plus tard qu'à l'accoutumé : il avait lui aussi la gueule de bois ! »

Mais pourquoi est-ce que le Philou nous fait une telle tartine pour un verre de pèket me direz-vous.
Tout simplement, parce que j'en ai également préparé pardi !

A là manière d'un rhum arrangé, je me suis procuré,  du pèket, de la citronnelle, des feuilles de cannelle, feuilles de girofle, de la vanille, un peu de fleur d'hibiscus pour la couleur, et de l'ananas séché pour une préparation et des zestes de bigarade pour l'autre. Ne pas oublier un peu de sucre de canne

pèket 1

pèket 2

pèket 3

Il n'y a donc plus qu'à attendre !


Commenter cet article

fabienne 29/06/2008


rhooo la la ! alors là! ben ça alors! là ça ... c'est... rhooolalal!

juste un truc: attendre combien de temps??? pas intéressée du tout la question... ;-)

Biz

mark 01/07/2008


AIAIAIAI CARAMABA!!!!! Tu me tentes, tu me tentes. Garde un peu pour nous, ne bois pas tout. C'est quand, c'est quand??? Tu comptes tout de même pas faire un 10 ans d'âge?

Philou 01/07/2008


On peut peut-être les garder pour une prochaine rencontre inter-bloggers !

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog