Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  

Code HTML : <center><a href="http://www.salondublogculinaire.com/" target="_blank"><img class="aligncenter wp-image-1668" alt="Salon du bloc culinaire 7 - J'y serai" src="http://www.salondublogculinaire.com/wp-content/uploads/2014/05/GIF-J_Y_serai-120.gif" width="120" height="120" /></center>

Publié par Philou

 

Des études scientifiques ont prouvé que le cacao ne contenait aucune substance réellement aphrodisiaque.

Le chocolat chaud consommé par les Aztèques tiendrait ses vertus aphrodisiaques des épices ajoutées au mélange comme le piment ou le poivre.
Il se dit que l'empereur aztèque Moctezuma II buvait une quarantaine de tasses de chocolat avant d'honorer ses nombreuses femmes ...

Dans les cours européennes, cette réputation aphrodisiaque du chocolat se maintient durablement.
Pour un homme du XVIIIème siècle, inviter une dame à boire un chocolat chaud le soir ne laisse aucune équivoque sur ses intentions amoureuses.

Casanova et la marquise de Pompadour consomment leur chocolat très enrichi de vanille pour stimuler leurs ardeurs ou celles de leurs partenaires.

E. Delcher dans ses Recherches sur le cacao (1837) propose la recette d'un « chocolat aphrodisiaque » comportant, entre autres, du musc et de la civette.

Dans les vertus thérapeutiques du chocolat (1990), le docteur Hervé Robert garantit que cette « nourriture des dieux » détient des vertus nutritionnelles incontestables qu'il serait dommage de méconnaître. Le chocolat est riche en magnésium (300 mg pour 100 g) en potassium (400 mg pour 100 gr), en phosphore, en cuivre, en vitamine E, en protéines végétales et en fibres. Le chocolat doit donc être considéré comme un aliment à part entière, et non plus diabolisé comme une friandise suspecte sur le plan diététique.

Si le chocolat ne recèle aucun élément aphrodisiaque, il est gorgé de substances tonifiantes (théobromine, caféine, théophylline) et d'un antidépresseur naturel (la phényléthylamine) qui améliorent le moral ainsi que d'un composant anti-stress, le magnésium.

A ces principes stimulants, s'ajoute enfin le sucre connu pour ses effets anxiolytiques et analgésiques. Le chocolat est donc un anxiolytique et analgésiques. Le chocolat est donc un «aliment plaisir »qui favorise la sécrétion d'endorphines, d'où l'incontestable sensation d'euphorie qu'il procure.

De 100 % épices paru chez Solar


Commenter cet article

Philou 27/01/2008 14:03


Cher José,
Une fois de plus, je ne peux que me délecter de ta prose. Tant le fond que la forme de tes interventions me laissent toujours admiratif.
Tu me vois vraiment navré d'avoir bousculé le rêveur romantique qui sommeille en toi ! (mdr)
Plus sérieusement, je ne connais pas la poudre de cacao inca qui doit être un ingrédient magique en cuisine. Par contre, je croque régulièrement un chocolat à 70% parfumé au piment d'Espelette.
Bien amicalement

José 27/01/2008 13:35


Cher Philou,

Nous, les rêveurs romantiques, tu nous obliges brutalement, un dimanche matin, à prendre contact avec la réalité scientifique! La réputation aphrodisiaque du chocolat est aussi légendaire que saint Nicolas, dont nous savons pourtant aussi qu'il n'existe pas - tout au moins dans les attributs fabuleux que la tradition populaire lui prête - et continuons malgré tout à apprécier les cadeaux . Est-ce un grand mal si les légendes survivent malgré la science ... et aident même beaucoup de gens à vivre plus heureux ? Les commerçants tout d'abord, qui ne veulent pas perdre un argument de vente ("Sacra aurea fames"); les amoureux ensuite, que les vertus supposées du chocolat, s'ils y croient vraiment, peuvent débarrasser de leur funeste timidité face à leur dame de coeur.

Et puis il y a le style! Avoue quand même qu'offrir un ballotin de pralines à une jolie femme restera encore longtemps un acte de séduction qu'elle voudra certainement apprécier. Pas vrai Mesdames,Mesdemoiselles ?

Pour certains, le coeur est ... une tripe; c'est tout à fait scientique ! Pour d'autres, c'est l'indéfinissable source de nos bons sentiments et de nos meilleures actions. On ne voit bien qu'avec ce coeur là ...

Plus sérieusement, tu a raison de signaler les vertus aphrodisiaques, scientifiquement prouvées, des piments en poudre qui entraient dans la préparation de la boisson chaude des Aztèques, le chocolat. Le poivre, autre ingrédient, à également des propriétés aphrodisiaques reconnues par les "positivistes". Quant à la vanille, qui remplaça plus tard le piment et le poivre dans la préparation européenne du chocolat chaud, elle contient un réel principe aphrodisiaque. Mais en considération de la quantité qu'il nous faudrait absorder pour qu'il produise quelque effet, son influence est presque totalement négligeable.

Anne et moi avons découvert, il y a deux ans, au Salon Aroma, de la poudre de "cacao inca"; elle contient du pili-pili et offre des possibiltés étonnantes aux créateurs culinaires, notamment dans des sauces pour gibier. Nous nous contentons simplement d'en ajouter un càc (pour 6 tasses) dans notre café du dimanche, ce qui en décuple la saveur sans en couvrir l'authenticité. Essaye ...

Bien amicalement,

José